Les autorités chinoises ont toujours considéré comme un fléau les jeux de casino en ligne. C’est la raison pour laquelle elles traquent tous les jeux d’argent virtuels. Les paris en ligne seront selon elle un élément perturbateur de l’ordre social et économique. Face à cette accusation, un éditeur de jeux du pays a décidé de se ranger du côté des joueurs pour défendre les jeux et casino en ligne.

Les jeux en ligne en Chine

Le gouvernement chinois a mené depuis plusieurs années des campagnes pour interdire les jeux de casino en ligne sur tout le territoire. Les paris en ligne sont en effet désignés comme responsable de l’addiction de nombreux joueurs chinois et engendrent des sorties d’argent vers l’étranger. De nombreux opérateurs, de fournisseurs internet ainsi que des structures de transfert d’argent ont été sanctionnés par le gouvernement à la suite des campagnes. Cela n’a pourtant pas découragé les joueurs en ligne chinois. Ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers ce type de jeu pour s’amuser. Face à ce vague de critiques provenant du gouvernement et des autorités locales, un éditeur de jeu chinois a décidé de déculpabiliser les jeux en ligne. Le défenseur de ce type de divertissement a donc à son tour mené une campagne pour se ranger aux côtés des joueurs. Il a ainsi mis en ligne 3 campagnes vidéo en faveur des jeux en ligne.

L’humour au service des joueurs

L’éditeur de jeu chinois a tout mis en œuvre pour déculpabiliser les joueurs. Il a donc eu l’idée de diffuser 3 vidéos différentes pour prouver que les jeux en lignes ne sont pas des fléaux. Il a choisi le thème de l’humour pour mettre en avant les jeux de casino en ligne. Une façon qui lui permet en même temps d’attirer l’attention tout en mettant en honneur les amateurs de jeux de hasard. Dans la première vidéo, il décrit avec ironie et dérision la vie quotidienne des trois proches d’un amateur de jeu. Il a choisi pour slogan « l’enfer, c’est les autres… ». Le joueur continue de jouer sans se soucier d’eux. Il finit même par détourner la situation à son avantage en culpabilisant son entourage. La seconde vidéo met en scène une mère possessive qui empêche son fils de vivre librement. Le garçon qui se sent étouffé par l’amour excessif de sa mère ne trouve d’autres solutions que de se tourner vers les jeux de casino en ligne. La mère est ainsi accusée d'être la seule responsable du choix que son fils a fait pour avoir un peu de liberté. Une fois de plus, l’éditeur de jeu prouve que le jeu n’est pas une addiction, mais une sorte d’échappatoire. La dernière vidéo raconte la vie d’un employé qui éprouve une difficulté dans son travail. Son patron lui reproche que sa baisse de productivité soit liée à son addiction au jeu. L’éditeur de jeux prouve le contraire en avançant que son patron économise trop d’argent sur le mobilier de bureau et les primes. Il dénonce les mauvaises conditions de travail de l’employé tout en le déculpabilisant par la même occasion.